Rechercher
  • Julie - Les Anses du Soi

Accroître notre résistance au stress


Sentiment d’insécurité, peur de l’avenir, perte de l’envie d’agir, pessimisme, anxiété, altération de l’image soi, sentiment de dévalorisation et d’infériorité, problèmes digestifs, migraines, troubles du sommeil, fatigue chronique. Le stress peut parfois entraîner des réactions néfastes. Certains de ces symptômes vous sont familiers ? Alors peut être êtes vous sujet au stress chronique, préjudiciable pour votre santé.


Le stress nous renvoie à nos instincts primaires et s’inscrit dans notre cerveau reptilien. C’est un réflexe de survie où le corps produit un certains nombres d’hormones pour mobiliser nos ressources et nous avons alors trois cas de figures possibles : l’attaque, la fuite, l’immobilisme. C’est donc une réaction normale de l’organisme qui permet de faire face à des situations imprévues ou de s’adapter à des changements importants, le stress peut dans certaines circonstances être un moteur positif, qui n’a pas connu un pic d’adrénaline qui nous poussent vers l’action? Le risque est de se laisser envahir par ce stress et le subir. Ainsi lorsque notre corps, nos émotions et notre mental s’emballent, notre organisme n’arrive plus à faire face à des tensions permanentes et répétitives.


Physiologie et décryptage:


Les deux indicateurs importants pour reconnaître son niveau de stress sont sans conteste le niveau d’intensité et la durée.

La phase d'alarme qui correspond au temps de préparation et à̀ la mobilisation des ressources pour faire face au stress.

La phase de réaction est celle de l’utilisation des ressources. C’est l’adaptation et l’ajustement du corps qui doit se poursuivre jusqu’à ce que la situation stressante se termine

La phase d’épuisement : nos facultés d’adaptation étant limitées, il est courant de voir nos réserves d’énergie chuter et la capacité d’adaptation disparaît alors, conduisant à la fatigue et autres symptômes.

Lorsqu’il perçoit un facteur de stress, (psychologique ou physique), l’organisme stimule l’hypothalamus. Celui-ci alerte à son tour l’hypophyse et les surrénales. Elles sécrètent de l’adrénaline et du cortisol qui mobilisent l’organisme pour fournir très rapidement au cerveau et aux muscles le maximum d’énergie. Le cortisol, surnommé l’hormone du stress, est connu pour avoir une action hyperglycémiante. Lorsque le stress se prolonge, des quantités importantes de cortisol sont sécrétées et peuvent entraîner une baisse des défenses immunitaires, de la prise de poids et de nombreux symptômes. Il est donc particulièrement important de parvenir à gérer son stress et à contrer ses conséquences.


Apprendre à s’adapter, gérer, accroître notre résistance au stress:


Vivre sans stress est une utopie, il fait partie de la vie, le point essentiel réside dans notre faculté à s’adapter, à le décrypter et à le gérer. De nombreuses techniques existent pour y faire face : le sport, la respiration, le jeune intermittent, la prise d’oligoéléments (manganèse, cobalt, magnésium) pour n’en citer que quelques unes. Dans le cadre d’une séance de bioénergie quantique je vous propose de déterminer votre niveau de stress, rétablir l’équilibre des glandes surrénales (par l’approche de la kinésiologie), vous accompagner à prendre du recul sur les situations qui génèrent du stress dans votre vie et désamorcer le sentiment d’impuissance qui l’accompagne. Ne plus subir, ne plus focaliser sur ces évènements et transmuter le stress pour investir son énergie dans le positif et relever les défis qui se présentent à nous.


Si vous souhaitez en savoir plus, je vous invite à visualiser la vidéo réalisée par Yannick Vérité à ce sujet.


41 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout